Études / Report

L’IRSEM publie dans cette collection ses recherches stratégiques principales.

Je m'inscris aux actualités de l'IRSEM 

 

2021

Visuel Tude 83

 

  • Étude n°83 - 2021
    « LE LION, L'OURS ET LES HYÈNES. ACTEURS, PRATIQUES ET RÉCITS DE L'INFLUENCE INFORMATIONELLE RUSSE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE FRANCOPHONE » 
    Auteur : Maxime Audinet 

    Après un désengagement brutal à la chute de l’Union soviétique, la Russie reprend pied en Afrique depuis la fin des années 2000. En octobre 2019, le sommet de Sotchi a matérialisé ce retour en force. Si la coopération militaro-technique est le principal marqueur de cette présence rehaussée, l’influence informationnelle déployée par la Russie sur le continent mérite une attention particulière, tant son empreinte s’est élargie et diversifiée ces dernières années. Cette étude met en lumière ses pratiques et son écosystème disparate, ainsi que les contenus produits et diffusés par ses acteurs étatiques, non étatiques et sous-traitants en Afrique subsaharienne francophone. Alors que le président de la République a dénoncé fin 2020 la manière dont Moscou « jou[ait] sur le ressentiment post-colonial » en Afrique pour y attiser un sentiment antifrançais, nous examinons les efforts de diplomatie publique, les opérations de désinformation et les « entreprises d’influence » conduites par les acteurs russes à des fins de dénigrement ou de légitimation. L’étude propose une méthode originale fondée sur l’analyse textuelle et lexicométrique, à partir de deux cas emblématiques : la couverture de l’opération Barkhane et le traitement des actualités en République centrafricaine.

 

  •  Étude n°82 - 2021
    « L'ENJEU DU SOLDAT AUGMENTÉ POUR LES PUISSANCES DÉMOCRATIQUES. LES ÉTATS-UNIS À L'HEURE DU CHOIX » 
    Auteur : Pierre Bourgois 

    Les États-Unis se sont positionnés comme la première puissance en matière de soldat augmenté. La volonté de développer des « super soldats » s’observe effectivement, depuis plusieurs années maintenant, dans la stratégie de recherche et développement du département de la Défense américain (DoD), notamment par le biais de l’Agence pour les projets de recherche avancée de défense (DARPA). Ce travail a pour objectif de mettre en lumière la complexité du phénomène d’augmentation militaire aux États-Unis. De nature ambivalente du fait de ses avantages et de ses nombreux risques associés, le soldat augmenté doit aussi s’analyser à travers le prisme plus global de la compétition entre grandes puissances. Sur ce point, le Pentagone semble pour l’instant privilégier l’aspect stratégique au détriment des considérations éthiques. Pourtant, malgré la pression que font peser des pays tels que la Russie ou la Chine et le contexte actuel de « tech-guerre », la puissance américaine ne peut continuer à éluder les problématiques et enjeux (éthiques en particulier) qui entourent ce concept, surtout si les démocraties occidentales poursuivent leurs réflexions en la matière et que les pressions internes à la société américaine se multiplient. Un positionnement éthique clair de la part des États-Unis permettrait d’envoyer un message important au reste du monde sur le sujet de l’augmentation.


  • Étude n°81 - 2021
    « LA COOPÉRATION SÉCURITAIRE ET JUDICIAIRE EN AFRIQUE DE L’OUEST FACE AU DÉFI DE LA LUTTE CONTRE LES GROUPES ARMÉS JIHADISTES » 

    Auteur : Antonin Tisseron
    Ces dernières années, les signes d’une extension de la zone d’action des groupes armés jihadistes dans les pays côtiers d’Afrique de l’Ouest frontaliers du Mali et du Burkina Faso se sont multipliés. Cette dimension transnationale de la menace jihadiste, qui n’est ni nouvelle ni spécifique à cette région du monde, pose la question du renforcement de la coopération sécuritaire. Si l’Architecture africaine de paix et de sécurité (APSA), la Force conjointe du G5 Sahel et la Force mixte multinationale (FMM) dans le bassin du lac Tchad ont fait l’objet de plusieurs travaux, d’autres organisations et enjeux ont été moins explorés. C’est notamment le cas de l’Initiative d’Accra, un forum sécuritaire créé en 2017 regroupant sept États (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, Mali, Niger et Togo) et qui constitue le premier cas de cette étude.
    Les deux autres cas explorent la coopération entre les États sahéliens et leurs voisins côtiers. Le premier traite de la coopération militaire, non de façon institutionnelle à travers les cadres de coopération, mais sous un angle plus politique à travers le couple que forment la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. Plus précisément, en prenant comme point de départ l’opération Comoé 2020, il interroge la singularité de cette relation, ses implications mais aussi ses limites et ses conséquences. Le second aborde la coopération dans le domaine judiciaire en Afrique de l’Ouest en croisant les instruments normatifs et les pratiques des professionnels du droit, et pointe les difficultés rencontrées par les acteurs judiciaires en matière de coopération internationale.

 

  • Étude n°80 - 2021
    « ARABIE SAOUDITE. LE PARI SUR LA JEUNESSE DE MOHAMMED BIN SALMAN » 

    Auteur : Fatiha Dazi-Héni
    Cette étude analyse la manière dont le prince saoudien Mohammed Bin Salman (MBS), désigné héritier du trône en 2017, met la jeunesse du royaume au coeur de son programme de transformation économique et sociale, la « vision 2030 ». À défaut de bénéficier du soutien de sa famille, hormis celui de son père, le roi Salman, qui lui confère une partie de sa légitimité, le prince choisit de s’appuyer sur le socle majoritaire de la population, la jeunesse. Il utilise l’enthousiasme que suscitent chez les jeunes urbains ses projets de réforme pour raffermir son pouvoir, grâce à une stratégie de communication fondée sur les nouvelles technologies. En prétendant incarner les aspirations de la jeunesse, MBS pose les jalons d’une nouvelle gouvernance, que nous étudions ici parallèlement aux perceptions et attentes d’une partie de la jeunesse urbaine saoudienne, les Riyadotes.
    Au-delà de l’approche autoritaire ultra-répressive qui caractérise la gouvernance du prince, cette étude montre qu’en pariant sur la jeunesse urbaine connectée, MBS se projette sur le long terme. En réformant les programmes scolaires et les orientations professionnelles prioritaires et en promouvant un narratif nationaliste et un islam de la « juste voie », il se détourne du wahhabisme afin de formater la jeunesse à sa « vision 2030 ».

 

  • Étude n°79 - 2021
    « L'ENTRÉE EN VIGUEUR DU TIAN : UN TOURNANT POUR LA CAMPAGNE D'INTERDICTION DES ARMES NUCLÉAIRES ? »
    Auteur : Tiphaine de Champchesnel 

    Les armes nucléaires sont-elles prohibées depuis l’entrée en vigueur du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN) intervenue le 22 janvier 2021 ? Sur le plan juridique, la portée du traité ne s’étend pas au-delà de ses membres, tous déjà engagés à ne pas se doter de l’arme nucléaire depuis des années à travers le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP). Pourtant, la campagne internationale menée par un ensemble d’acteurs, dont le plus visible est certainement l’International Campaign to Abolish Nuclear weapons (ICAN) proclame que les armes nucléaires sont « hors la loi ». L’ICAN en particulier prend appui sur cette évolution pour légitimer son action et opérer un tournant sans doute nécessaire à sa pérennisation et à l’amélioration de l’image du TIAN. En parallèle, cette ONG poursuit une stratégie de délégitimation de l’arme nucléaire et de stigmatisation d’une sélection d’États parmi ceux qui ont choisi de faire reposer leur sécurité sur la dissuasion nucléaire. Cette étude vise à exposer les enjeux de la mise en oeuvre du TIAN et les mécanismes impliqués dans son utilisation par l’ICAN.

 

  • Étude n°78 - 2021
    « LE MONUMENT OPEX ET LA MÉMOIRE DE LA 4E GÉNÉRATION DU FEU » 

    Auteurs : CRP Marie-Capucine Vauzanges (préface de Anne Muxel)
    Pourquoi construire aujourd’hui un monument aux morts pour la France en opérations extérieures ? Quelle est cette 4e génération du feu, à laquelle font de plus en plus souvent référence les documents médiatiques ou officiels mais dont un militaire sur deux n’a jamais entendu parler ? Pourquoi regrouper près de 250 opérations extérieures échelonnées sur plus de 50 ans, depuis la fin de la guerre d’Algérie ? À partir de l’inauguration du monument OPEX le 11 novembre 2019 et de son observation, cette étude interroge la pertinence de l’expression de 4e génération du feu, en la mettant en perspective avec les trois générations précédentes. Si le concept peut paraître sur de nombreux points artificiel, il n’en demeure pas moins indispensable pour donner corps à cette partie de notre histoire militaire et permettre ainsi l’émergence d’une mémoire des OPEX. Étape importante de ce processus, le monument OPEX a offert un support matériel à cette mémoire et l’a inscrite dans notre paysage. Il conviendra désormais de la faire vivre, d’en faire témoigner les acteurs vivants et de la sortir du domaine uniquement mortifère en célébrant aussi les héros et les faits glorieux, pour que la mémoire des opérations extérieures devienne à son tour histoire.

 

  • Étude n°77 - 2021
    « BALLES PERDUES. UNE INTRODUCTION À LA PRÉVENTION ET À LA LUTTE CONTRE LES TRAFICS D'ARMES CLASSIQUES » 

    Auteurs : Edouard Jolly, Lucile Robin et Alexis Carrouget
    Les conflits armés du XXIe siècle sont, pour le moment, majoritairement des guerres insurrectionnelles. Elles s’entendent comme de la « petite guerre » ou de la guérilla. Leur finalité politique consiste à s’opposer à des États et à leurs forces armées régulières, voire à d’autres groupes insurgés. La question des moyens permet de leur trouver un point commun : l’arme utilisée est de faible intensité, parce que la puissance morale d’une attaque insurrectionnelle est inversement proportionnelle à la puissance de feu employée. Une simple arme remilitarisée suffit à produire un massacre de civils accompagné de sa sidération dont les effets politiques, recherchés par l’ennemi, peuvent être désastreux. Les petites guerres se mènent avec de petites armes parce qu’elles ont de grands effets.
    Se pose donc la question de l’usage des moyens à la fois les plus faibles et les plus courants, en particulier, les armes légères et de petit calibre (ALPC), catégorie majeure d’armes classiques. Le commerce illicite de ces armements alimente de nombreux conflits régionaux, tout autant qu’il favorise le crime organisé et encourage le terrorisme. En ce sens, le trafic d’armes classiques constitue un facteur majeur de déstabilisation des États. Les défis posés par le commerce illicite des ALPC requièrent des actions spécifiques, notamment sur les stocks et leur sécurité, la réglementation des transferts, la gestion des frontières, la réactivation illicite, le traçage et le marquage ou encore la résolution des conflits. Cette étude vise ainsi à présenter une vue d’ensemble de la problématique stratégique des moyens de nos « petites guerres » contemporaines.

 

2020

 

  • Etude n°76 - 2020
    « LA COLLECTE DE LA MÉMOIRE COMBATTANTE AU SEIN DES FORCES ARMÉES » 

    Auteur : Christophe Lafaye
    Produire un retour d’expérience (RETEX) au sein de l’institution militaire nécessite de s’intéresser à la diversité et à la transversalité des expériences humaines (des soldats jusqu’aux
    généraux, des ennemis, des populations civiles, etc.) Ce qui apparaît fondamental pour le monde militaire s’avère essentiel dans le domaine des études de la guerre. Où se situe la réalité
    de l’expérience que l’on souhaite analyser ? Quelles sources sont mobilisables pour étudier spécifiquement l’expérience combattante et quelles sont leurs modalités d’élaboration ? Cette étude souhaite mettre en lumière les sources permettant de travailler sur la mémoire combattante, en distinguant les modes de collecte pratiqués aux États-Unis et en France. Le développement exponentiel des archives personnelles numériques produites par les combattants sur le théâtre d’opération (journaux personnels, vidéos, photos, documents de travail, courriels, etc.) et leur problème de conservation, imposent une collecte volontariste de ces précieuses données au risque de les voir disparaître. Pour répondre à ce défi pour les armées comme pour la recherche, de nouvelles pistes doivent être explorées comme une collecte in situ sur le champ de bataille ou immédiatement après le retour des militaires des théâtres d’opérations.

 

  • Etude n°75 - 2020
    « LES REPRÉSENTATIONS GÉOPOLITIQUES DU DROIT INTERNATIONAL DANS LES NÉGOCIATIONS INTERNATIONALES SUR LA SÉCURITÉ ET LA STABILITÉ DU CYBERESPACE » 

    Auteur : François Delerue, Frédérick Douzet et Aude Géry
    Le droit international et les normes de comportement responsable sont au coeur des discussions onusiennes sur les progrès de la téléinformatique dans le contexte de la sécurité internationale. L’objet de cette étude est donc d’analyser – et de donner des pistes de réflexion sur – la place du droit international dans le cadre des deux processus en cours à l’ONU – le Groupe de travail à composition non limitée (GTCNL) et le Groupe d’experts gouvernementaux chargés d’examiner les progrès de la téléinformatique dans le contexte de la sécurité internationale (GEG) – et d’expliciter la façon dont le droit international est instrumentalisé dans les présentes négociations.
    Cette étude est composée de trois parties. Dans un premier temps, elle expose dans quel contexte sont nés ces deux processus et quels sont leurs mandats respectifs et la place qu’y tient le droit international. Dans un deuxième temps, elle s’intéresse aux ambiguïtés et conséquences associées à la distinction établie entre normes de comportement et droit international. Enfin, la dernière partie se concentre sur l’interprétation de certaines règles du droit international que sont, d’un côté, les réponses autorisées par le droit international en réaction à une cyberopération et, de l’autre côté, le principe de souveraineté, et analyse les motivations géopolitiques qui la sous-tendent.

 

  • Report IRSEM No.75 - 2020 United Kingdom Great Britain
    "THE GEOPOLITICAL REPRESENTATIONS OF INTERNATIONAL LAW IN THE INTERNATIONAL NEGOTIATIONS ON THE SECURITY AND STABILITY OF CYBERSPACE"
    Authors: François Delerue, Frédérick Douzet et Aude Géry
    International law and norms of responsible behaviour are at the heart of the discussions at the United Nations (UN) on Developments in the Field of Information and Telecommunications in the Context of International Security. The purpose of the present study is, therefore, to analyse – and provide food for thought on – the place of international law within the framework of the two processes underway at the UN, the Open-Ended Working Group (OEWG) and the Group of Governmental Experts on Developments in the Field of Information and Telecommunications in the Context of International Security (GGE). It will also explain how international law is being instrumentalised in the present negotiations.
    The study is comprised of three parts. First, it sets out the context in which these two processes arose, their respective mandates, and the place of international law in their work. Secondly, it examines the ambiguities and consequences associated with the distinction between norms of responsible behaviour and international law. Finally, the last part focuses on the interpretation of certain rules of international law, such as, on the one hand, the responses authorised by international law in reaction to a cyber operation and, on the other hand, the principle of sovereignty. The study then analyses the geopolitical motivations behind this.

 

  • Etude n°74 - 2020
    « RÉALITÉS OPÉRATIONNELLES DE L’ENVIRONNEMENT ARCTIQUE APPROCHES TRANSDISCIPLINAIRES ET TRANSSECTORIELLES DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES SOUS-RÉGIONS ARCTIQUES » 

    Auteur : Dr Magali Vullierme (dir.) 
    Dans un contexte de changement climatique, les régions arctiques sont souvent décrites comme de nouveaux théâtres d’exploration, d’exploitation ou encore de résurgence du risque militaire. Toutefois, ces potentielles évolutions ne peuvent être considérées qu’au regard de la réalité de l’environnement arctique : climat hostile, distances entre communautés, absence d’infrastructures constituent autant de facteurs à prendre en compte. Afin d’illustrer cette complexité, cette étude collective propose une réflexion transdisciplinaire et transsectorielle, axée sur les impacts du changement climatique dans les sous-régions arctiques. Elle réunit les contributions d’experts de terrain – chercheurs ou logisticiens – autour de problématiques diversifiées mais complémentaires. Défis logistiques pour la recherche scientifique et l’exploitation des ressources, impacts sur la santé physique et mentale des populations locales, augmentation des risques maritimes, modification de la navigabilité ou risques pour les infrastructures civiles et militaires, cette étude propose un panorama de certains enjeux opérationnels de l’environnement arctique. Tirées d’expériences de terrain, de travaux de recherche, ou des deux, ces contributions illustrent la complexité d’un environnement impacté par le changement climatique. Elles visent également à amorcer un échange d’expérience entre ces milieux très cloisonnés afin, peut-être, de concourir de façon plus collective à une réflexion autour de ces enjeux.

 

  • Etude n°73 - 2020
    « LA DIPLOMATIE DES GARDE-COTES EN ASIE DU SUD-EST »
    Auteurs : Dr Benoît de Tréglodé, Dr Éric Frécon (dir.)

    En phase avec, d’une part, le contexte de « paix-guerre » à l’échelle internationale, d’autre part, le principe d’« ambiguïté stratégique » au niveau régional, les garde-côtes s’affirment comme un outil précieux dans l’arsenal diplomatique des gouvernements sud-est asiatiques. Ces forces non militaires opèrent non seulement au carrefour des sécurités traditionnelle (interétatique) et non traditionnelle (ou « humaine », centrée sur l’individu), mais aussi au coeur de l’Indo-Pacifique, dans l’écluse géopolitique entre océans Indien et Pacifique.
    Afin de répondre aux premières questions que posent autant le recours à ces forces (adre juridique, intérêt stratégique) que leur organisation, cette étude, réalisée avec le soutien du Centre d’études stratégiques de la Marine (CESM), propose une introduction à ces nouvelles problématiques (définition des garde-côtes et opérations en « zones grises », retour sur le facteur chinois dans ce développement) suivie de cas pratiques. Ceux-ci sont centrés sur les deux États archipélagiques – Indonésie et Philippines – par lesquels transite le trafic maritime, avec l’exemple français comme point de comparaison.
    Les contributeurs de ce volume, habitués des forums régionaux – en particulier Track 2 (semi-officiels) – et auteurs de nombreux articles sur le sujet, s’appuient entre autres sur une connaissance et une expérience très ancrées sur le terrain.

 

2019

  • Etude n°72 - 2019
    « LA CRITICITÉ DES MATIÈRES PREMIÈRES STRATÉGIQUES POUR L’INDUSTRIE DE DÉFENSE »
    Auteur : Raphaël Danino-Perraud
    Ces derniers mois, alors que la guerre commerciale sino-américaine fait peser de nombreuses incertitudes sur l’économie mondiale, la résurgence des menaces sur les approvisionnements en terres rares par la Chine nous ramène au premier acte de cette problématique. En septembre 2010, la Chine mettait en place un embargo sur les terres rares à destination du Japon, transformant un différend diplomatique territorial au sujet des îles Senkaku en un conflit commercial aux conséquences vitales. En effet, les terres rares sont essentielles au fonctionnement de l’industrie japonaise puisqu’elles servent à la fabrication d’aimants utilisés pour la production de moteurs de véhicules hybrides ou d’éoliennes. Cet épisode a souligné la vulnérabilité des pays européens vis-à-vis de leurs approvisionnements en matières premières minérales.
    Le monopole chinois sur les terres rares (la Chine assure entre 85 % et 95 % de la production mondiale de ce groupe de métaux) n’est pourtant que la partie émergée de l’iceberg. À l’exception des métaux de « base » (cuivre, fer, aluminium...), l’UE dépend à 97 % des approvisionnements extérieurs pour un groupe de 27 matières premières qu’elle a identifiées et qualifiées de critiques. Force est de constater que la Chine produit plus de 50 % de 16 d’entre elles.
    Cette tendance, observable dès les années 1960 pour le charbon et l’acier en France, s’est accentuée avec la chute de l’URSS en 1991. En effet, la mise sur le marché de stocks de métaux importants par les ex-satellites soviétiques a contribué à faire chuter les prix et à rendre l’exploitation minière moins rentable. Déjà sujette à des controverses environnementales dans les années 1980, la filière minière a progressivement décliné en Europe et en France en particulier. Il n’existe plus en France aucune mine en activité, hors matériaux de construction.

 

  • Etude n°71 - 2019

    « LE SRI LANKA, L’INDE ET LE PAKISTAN FACE À LA BELT AND ROAD INITIATIVE CHINOISE »
    Auteur : Raphaëlle Khan ,Chercheuse Inde-Asie du Sud
    L’Inde, le Pakistan et le Sri Lanka sont directement concernés par la route maritime et la ceinture terrestre des « nouvelles routes de la soie » chinoises. Cette étude identifie les nouveaux défis stratégiques et les opportunités auxquels ces trois pays font face avec la Belt and Road Initiative (BRI). Comme dans d’autres régions du monde, l’enjeu pour l’Asie du Sud est d’autant plus grand qu’elle est l’un des théâtres où se manifestent clairement les dimensions multiples et interconnectées de la BRI : politique, économique et militaire. La BRI est ainsi devenue un élément incontournable de la réflexion des pays concernés sur leurs politiques intérieures et étrangères. Dans ce contexte, cette région représente un laboratoire miniature des tensions engendrées par le développement de la BRI. Elle a la particularité de représenter en son sein un clivage de réponses contrastées, positives et critiques, que l’on retrouve au niveau global. En même temps, les évolutions récentes de la BRI et, au-delà, de la relation bilatérale entre les pays impliqués et la Chine, incitent à la prudence quant à une catégorisation trop binaire de ces réponses.

 

  • Etude n° 70 - 2019
    « RISQUES GÉOPOLITIQUES, CRISES ET RESSOURCES NATURELLES - APPROCHES TRANSVERSALES ET APPORT DES SCIENCES HUMAINES »
    Auteurs : Sarah Adjel, Angélique Palle, Noémie Rebière (dir.)
    Cette étude collective est issue de la première journée interdisciplinaire des jeunes chercheurs travaillant sur les ressources naturelles, organisée par le réseau Recherches-Ressources. Articulée autour des notions de risque et de crise, elle est en partie l’écho des questionnements que les sociétés industrialisées occidentales développent autour de leurs usages et de leurs accès, passés, présents et futurs aux ressources naturelles, autour des impacts que ces usages produisent. Autant de questions qui sont posées à la recherche et dont la nouvelle génération de doctorants et jeunes docteurs se saisit, en croisant les approches et les cadres disciplinaires, parce que la complexité des enjeux et l’interdépendance des facteurs exigent des approches multiples d’un même objet.

 

  •  Report IRSEM No. 69 - 2019 United Kingdom Great Britain
    "CONTEMPORARY SOCIETY-CENTRIC WARFARE: INSIGHTS FROM THE ISRAELI EXPERIENCE"
    Authors: Jonathan (Yoni) Shimshoni and Ariel (Eli) Levite
    Shimshoni and Levite offer a fresh look at the transformation of warfare, focusing on its evolution from post-Westphalian struggle predominantly taking place between opposing military organizations into society centric confrontations. They submit that all contemporary opponents of the West have made the social dimension central to warfare, de facto pursuing society-centric strategies even when they apply traditional force. They argue that several Western states currently similarly engage in such warfare, but without fully admitting as much or effectively adjusting their strategies, doctrines and force structures. Building on their recent expose in Survival of the theoretical and historical underpinnings of this phenomenon, the authors turn to the rich and varied Israeli warfighting experience for additional insights into the nature and dynamics of contemporary societycentric confrontation.
    In this paper the authors examine the societal warfare phenomenon in four Arab-Israeli cases: Ben Gurion’s formulation of Israel’s foundational grand strategy and doctrine; the Egyptian-Israeli War of Attrition; Israel’s ongoing confrontation with Hamas; and with Hezbollah these past two decades. They conclude with observations on factors that tend to escalate and increase the undesired societization of warfare, discussing critical implications for the study and practice of strategy.

 

 

  •  Etude n° 68 - 2019
    « LES ÉTATS-UNIS DIVISÉS. LA DÉMOCRATIE AMÉRICAINE À L’ÉPREUVE DE LA PRÉSIDENCE TRUMP »
    Auteurs : Frédérick Gagnon, Frédéric Heurtebize et Maud Quessard (dir.)
    Quel est l’effet des divisions sociales et de la polarisation de l’électorat américain sur la présidence de Trump ? Où en sont les deux grands partis politiques, eux-mêmes aux prises avec leurs propres divisions internes, entre progressistes et centristes du côté démocrate, et trumpistes et sceptiques de Trump du côté républicain ? Où en est d’ailleurs la « trumpisation » du Parti républicain ? Quelles lignes les partis adoptent-ils après les midterms de 2018 et en vue de l’élection présidentielle de 2020 ? Quelles sont leurs stratégies pour rejoindre les divers segments de l’électorat, dont l’électorat latinoaméricain, les conservateurs moraux charmés par le populisme religieux de Trump, ou encore les électeurs éloignés de la religion ? De façon plus générale, quel est l’effet des contre-pouvoirs institutionnels sur la présidence Trump, dont le pouvoir judiciaire, le Congrès et la bureaucratie ?
    À un an des élections américaines de 2020, cette étude bilingue et interdisciplinaire a pour vocation d’apporter un éclairage sur l’impact de trois années de présidence Trump sur les déterminants intérieurs de la puissance américaine.

 

 

  • Etude n° 67 - 2019
    « LES FINANCEMENTS CHINOIS DANS LE SECTEUR DES TRANSPORTS EN AFRIQUE. UN RISQUE MAÎTRISÉ »
    Auteurs : Juliette Genevaz, Denis Tull
    Depuis le milieu des années 2010, l’ampleur des financements chinois dans la construction d’infrastructures de transport en Afrique a contribué à augmenter la dette du continent de manière significative voire dangereuse, entraînant plusieurs mises en garde du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale. Ces prêts ont répondu à un besoin criant des pays africains, que les institutions traditionnelles d’aide au développement telles que la Banque mondiale ou le Club de Paris n’ont pas pu satisfaire. La Chine, en proposant des prêts moins contraignants, plus nombreux et accompagnés d’une maîtrise d’ouvrage « clef en main », a séduit de nombreux pays africains. Cette étude pose la question de la responsabilité de ces pays, en particulier de l’Éthiopie, du Kenya et de Djibouti, en tant que débiteurs vis-à-vis de la Chine. Contracter une dette est un choix politique qui peut être lourd de conséquences ou libérateur, et il incombe aux pays récipiendaires d’inscrire les financements chinois dans une stratégie de développement. La diversité de situation de l’Éthiopie, du Kenya et de Djibouti montre assez l’importance de la réponse politique des débiteurs.

 

  • Etude n° 66 - 2019
    « L’EXPÉRIENCE MILITAIRE DANS LES MÉDIAS (2008-2018). UNE DIVERSIFICATION DES FORMES DE RÉCITS »
    Auteur : Bénédicte Chéron

    Alors que les attaques terroristes de 2015 ont mené à une visibilité plus grande du fait militaire dans l’espace public français, notamment en raison du déploiement de l’opération Sentinelle, la question de la manière dont le traitement médiatique accompagne cette évolution se pose. Cette étude vise à éclairer les processus à l’oeuvre dans le traitement médiatique du fait militaire en tenant compte des changements provoqués antérieurement par la seconde partie de l’engagement français en Afghanistan à partir de 2008 puis par l’opération Serval au Mali (2013). Elle propose également d’inscrire ces évolutions dans la prise en compte plus large des évolutions du paysage médiatique, qui imposent de nouvelles contraintes aux acteurs de ce secteur autant qu’elles offrent de nouvelles opportunités. Cette analyse globale permet d’envisager qu’un renouvellement des formes de représentation de l’expérience militaire soit en cours, notamment grâce à une affirmation plus claire de la finalité combattante de la vie sous l’uniforme, sans toutefois que les questions de défense soient devenues l’objet d’un débat médiatique plus structuré et approfondi.

 

  • Etude n° 65 - 2019
    « MCO 4.0 LE POTENTIEL DES TECHNOLOGIES DE L’INDUSTRIE 4.0 APPLIQUÉES AU MAINTIEN EN CONDITION OPÉRATIONNELLE (MCO) DES ÉQUIPEMENTS DE DÉFENSE »
    Auteurs : Josselin Droff, ICA Benoît Rademacher

    Le maintien en condition opérationnelle (MCO) des matériels de défense constitue un enjeu majeur pour le ministère des Armées, du fait notamment de son impact opérationnel et des coûts afférents. De nombreuses initiatives et expérimentations ont été lancées, ou sont en cours de déploiement, dans l’objectif d’améliorer significativement, voire de transformer, la façon de réaliser les tâches de MCO, tant au niveau des acteurs étatiques que des acteurs industriels. Elles misent en particulier sur le potentiel offert par les technologies à la base de la numérisation des chaînes de valeur, qui recouvrent un spectre très large allant de l’exploitation massive de données issues des matériels de défense en service (big data) à l’utilisation de robots ou de drones pour des tâches d’inspection ou de maintenance, en passant par la fabrication additive (impression 3D).

    L’objet de cette étude est de caractériser l’impact de ces technologies et des concepts sous-jacents sur l’organisation et la réalisation du MCO des matériels de défense, pour tous les milieux (matériels aéronautiques, navals et terrestres).
    À cette fin, les auteurs ont réalisé une étude bibliographique sur les évolutions des pratiques et sur les évolutions des technologies concernées et ont conduit plus d’une vingtaine d’entretiens auprès d’acteurs étatiques et industriels en charge des questions de MCO.

 

 

2018

 

  • Étude n° 64 - 2018
    « Impact des nouveaux modèles économiques industriels sur les équipements des armées »
    Auteurs : Antoine PIETRI, ICA Benoît RADEMACHER
    Cette étude traite de l’impact de l’évolution des environnements technologique et stratégique sur les cycles de vie des équipements des armées. Deux grandes tendances ont été identifiées : une amélioration exponentielle des technologies accompagnée d’une forte dualité des équipements et une croissance des coûts des équipements militaires (EM) le long de leur cycle de vie. Cette étude analyse en particulier la stratégie consistant à revendre un EM avant que sa durée de vie opérationnelle ne se termine. Si cette stratégie présente des avantages tels que la modernisation des parcs, la réduction de la sur-spécification de certains EM, la dynamisation de l’industrie de défense française et le maintien des compétences stratégiques, elle demeure cependant risquée en termes d’interopérabilité, au niveau des besoins induits en formation des personnels, et peut impliquer la création de nouveaux concurrents internationaux (notamment avec le développement des offsets).

 

  • Étude n° 63 - 2018
    « Le rôle des armées dans la fonction « Intégration » de l'État »
    Auteur : Barbara JANKOWSKI
    En France, depuis plus d’une décennie, on s’interroge de manière récurrente sur le devenir de la cohésion nationale et sur la pérennité du modèle républicain d’intégration, notamment parce que les instruments de l’intégration sociale ne fonctionnent plus aussi bien que par le passé. Les armées ont cherché à faire le point sur leur rôle dans ces processus et sur ce que l’on pourrait attendre d’elles en cas de désintégration sociale accrue. Dans un premier temps, l’étude évalue les facteurs susceptibles de modifier les caractéristiques de la population française dans les vingt ans à venir et envisage les conséquences possibles sur les mécanismes d’intégration. On y précise également les concepts d’intégration et de cohésion sociale ainsi que les éléments qui peuvent affecter ces deux processus, tels qu’ils sont appréhendés par la communauté des chercheurs en sciences sociales. L’étude s’interroge ensuite sur l’inscription de la fonction « intégration » dans le corpus des textes qui encadrent les missions et les activités des armées et détaille l’expérience des armées en matière d’intégration et d’insertion sociale, deux domaines qui interagissent largement. Pour terminer, on y examine la manière dont les militaires et les acteurs civils appartenant à des institutions impliquées dans les processus d’intégration conçoivent le rôle des armées face aux failles de l’intégration sociale, en complément des missions qui leur incombent déjà.

 

  •  Étude n° 62 - 2018
    « Le gazoduc Nord Stream 2. Enjeux politiques et stratégiques »
    Auteurs : Céline MARANGÉ, Angélique PALLE, Sami RAMDANI
    Projet controversé, le gazoduc Nord Stream 2 doit relier à l’horizon 2020 la Russie à l’Allemagne en passant par la mer Baltique. En doublant la capacité du gazoduc Nord Stream 1, il devrait permettre à Gazprom, une compagnie fortement intégrée à l’État russe, de pérenniser ses approvisionnements de gaz en Europe occidentale. Source de division au sein de l’Union européenne (UE), le projet rencontre aussi une forte opposition des États-Unis. Quels arguments ses détracteurs font-ils valoir pour le faire échouer ? Dans quelle mesure porte-t-il atteinte à la stratégie de diversification énergétique prônée par l’UE ? Quelles contraintes internes et externes et quels objectifs géopolitiques conduisent Gazprom à vouloir consolider son accès au marché européen ? Quelles conséquences aura à moyen terme pour l’Ukraine la création de voies alternatives au transit traditionnel par ce pays ? Enfin, quelles positions arborent les pays riverains de la mer Baltique concernant ce projet ? Richement illustrée, l’étude s’attache à répondre à toutes ces questions de façon impartiale et dépassionnée.

 

  •  Étude n° 61 - 2018
    « Améliorer la résilience psychologique des combattants et de leurs familles »
    Auteur : LCL Arnaud PLANIOL
    Les forces armées françaises opèrent dans un contexte de plus en plus exigeant psychologiquement, ce qui est source de traumatismes potentiels. Il apparaît d’autant plus nécessaire de réfléchir à la manière dont les armées pourraient améliorer la résilience psychologique des combattants et de leurs familles.
    Cette étude a pour objectif de faire à la fois un point sur les actions de prévention mises en oeuvre dans les armées françaises mais aussi de connaître le contenu et, si possible, « l’efficacité des actions et programmes d’amélioration de la résilience individuelle qui existent aux États-Unis », afin de pouvoir éventuellement s’en inspirer.

 

  • Étude n° 60 - 2018 (disponible uniquement sur demande à contact@irsem.fr)
    « L'activité de renseignement des groupes jihadistes »
    Auteur :  COL Olivier PASSOT
    La plupart des groupes armés, qu’ils soient révolutionnaires, criminels ou terroristes, recourent à des pratiques qui s’apparentent à des techniques et à des procédures de renseignement. Les groupes jihadistes ne font pas exception, dès lors qu’ils atteignent un certain niveau d’ambition et de sophistication.
    De fait, l’état d’insécurité dans lequel ils se perçoivent engendre un besoin naturel de renseignement. Si on considère que le renseignement englobe la recherche d’informations, la protection des informations détenues, la recherche d’avantages par l’action clandestine, on avancera que l’activité de renseignement est indispensable au fonctionnement et à l’action des groupes jihadistes. Ceux-ci y recourent à des fins défensives (se prémunir des actions d’ingérence et d’espionnage, réprimer la contestation interne, se protéger des actions en force de l’adversaire, etc.), offensives (actions de combat contre les adversaires, opérations terroristes, activités criminelles, etc.), mais aussi pour exécuter des missions spécifiques (prise et gestion des otages, gestion des trafics, établissement de contacts discrets).

 

  • Étude n° 59 - 2018 United Kingdom Great Britain  
    "France and Poland Facing the Evolution of the Security Environment"
    Authors:  Barbara JANKOWSKI and Amélie ZIMA (eds.)
    The purpose of this study is to propose an analysis of the security environment in the late 2010s. For several years now, the states of the European continent have been facing renewed tensions and political uncertainties. On the one hand, the annexation of Crimea, which constitutes a major break in respect of international law, and the war in the Ukrainian Donbass impact the European stability. On the other hand, the election of Donald Trump as President of the United States has raised many questions and instilled doubt about solidarity among allies. Brexit poses a challenge to the construction of the European Union since, for the first time, a state has used article 50 of the Lisbon Treaty allowing the exit of a state, which means that the debate on the EU’s future no longer only concerns the practical criteria for deepening European integration but also the appropriateness of this integration. However, the initiatives of European states demonstrate their resilience and their ability to respond to security challenges.

 

  • Étude n° 58 - 2018
    « L'ergonomie et la réalité augmentée adaptées aux besoins militaires »
    Auteur : Lcl Arnaud PLANIOL
    Depuis les temps les plus anciens, l’Homme cherche inlassablement à repousser ses limites physiques. Or, nous assistons aujourd’hui à une augmentation croissante, voire exponentielle des capacités technologiques, qui permettent désormais d’entrevoir des possibilités qui n’étaient encore que des rêves il y a quelques années. Nous évoluons ainsi désormais dans un environnement pervasif, dans lequel nous oublions de plus en plus la présence des objets technologiques communicants qui nous entourent, ceux-ci devenant une véritable extension de nous-même. Cette dynamique technologique s’inscrit de manière plus générale dans un « mouvement historique de complexification des systèmes communicants », l’Homme créant des machines afin de l’aider, de suppléer ou d’augmenter ses capacités à agir et à penser.

 

  • Étude n° 57 - 2018
    « Du gel au dégel des pensions des anciens militaires subsahariens des armées françaises. Histoire politique, combat juridique et difficultés actuelles »
    Auteur : Camille EVRARD
    Le 26 décembre 1959, le Parlement français approuve la loi de finances pour 1960, qui prévoit que les pensions, civiles comme militaires, des ressortissants de l’ancien empire colonial soient « cristallisées », c’est-à-dire que leur montant reste bloqué au niveau atteint à la date de l’indépendance de leur pays. Entre 1960 et 1977, les anciens militaires indochinois, maghrébins ou africains, ayant servi dans l’armée française durant la période coloniale, et remplissant les conditions pour toucher une pension de retraite, d’invalidité, ou du « combattant », voient donc le montant de leurs droits geler lors de leur changement de nationalité. C’est ce qu’il convient d’appeler la « cristallisation » des pensions, processus complexe dont on ne connaît souvent que la partie émergée. Celle-ci correspond au long travail des associations pour la reconnaissance de l’égalité de droit en matière de pensions, dont la dernière étape a eu lieu fin 2010, avec la loi de finances pour 2011 qui achève d’aligner ces pensions sur le niveau de celles des Français. Les modalités de cette « décristallisation » s’avèrent toutefois complexes et leur mise en oeuvre, jusqu’à aujourd’hui, difficile.

 

  • Étude n° 56 - 2018
    « Les conséquences en termes de stabilité des interventions militaires étrangères dans le monde arabe »
    Auteur : Flavien BOURRAT
    Le début du XXIe siècle est marqué par la multiplication des interventions militaires étrangères sur un périmètre étendu du monde arabe s’étendant du Maghreb à la péninsule arabique, qu’il s’agisse de la Libye, de la Syrie, de l’Irak ou du Yémen. Cette donne, inédite depuis la décolonisation, et qui ne trouve pas d’équivalent dans le reste du monde, si ce n’est – mais de manière atténuée – en Afrique subsaharienne – intervient dans un contexte régional plus que jamais instable et tendu. L’invasion de l’Irak en mars 2003 par les États-Unis dans le but de renverser le régime de Saddam Hussein, en constitue à la fois la matrice et le laboratoire, qu’il s’agisse des motivations de l’intervention, de son déroulement et de ses imprévus, mais aussi et peut-être surtout de ses conséquences au plan politico-stratégique. Á l’origine de cet événement fondateur, qui ne peut s’appuyer sur aucun exemple similaire dans l’histoire du monde arabe contemporain, il y a la concrétisation d’un projet à forte connotation idéologique, auparavant empêché par les contingences de la realpolitik, mais rendu subitement réalisable dans le contexte particulier créé par les attentats du 11 septembre.

 

  • Étude n° 55 - 2018
    « Implication de la Chine dans le secteur des transports en Europe centrale et orientale : forme, réalisations et limites »
    Auteur : Agatha KRATZ
    Le secteur des transports représente un cas d’étude révélateur de la relation actuelle entre la Chine et les pays d’Europe centrale et orientale (ECO). Basée sur un intense travail de recherche et de terrain, cette étude vise à faire le bilan détaillé de l’implication chinoise dans le domaine des transports en ECO, tout particulièrement depuis la création du format « 16+1 » et le lancement de l’initiative chinoise des Nouvelles Routes de la Soie. Elle détaille notamment les trois formes que prend cette implication, ainsi que ses succès et ses limites jusqu’ici. Il ressort de cette analyse que l’implication chinoise dans le secteur, bien qu’encore relativement limitée, est néanmoins de long terme, et pourrait à un horizon de 20 à 30 ans avoir des conséquences importantes pour l’Europe.

 

  • Étude n° 54 - 2018
    « L'industrie de Défense japonaise, renaissance et innovation »
    Auteurs : Océane ZUBELDIA et Marianne PÉRON DOISE (dir.)
    En 2018 sera commémoré le 160è anniversaire du Traité de paix, d’amitié, et de commerce, signé conjointement par le Japon et la France le 9 octobre 1858. Cette Étude collective de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire, consacrée à l’industrie de défense japonaise, tient à mettre en lumière les liens privilégiés entre les deux partenaires. Ce dossier, unique par la qualité des chercheurs et des experts, adopte une approche multidisciplinaire  scientifique,  économique,  philosophique,  historique, politique, stratégique, voire même plus anecdotique et personnelle. Les articles visent à saisir les points forts de l’innovation et de l’industrie japonaise dans le domaine de la sécurité et de la défense, dans un contexte marqué par des enjeux sécuritaires majeurs et une évolution stratégique inédite pour le japon.

2017

  •  Étude n° 53 - 2017

    « Les combattants et les anciens combattants du Donbass : profil social, poids militaire et influence politique »
    Auteur : Anna COLIN LEBEDEV

 

  • Étude n° 52 - 2017
    « Les États-Unis et la fin de la Grande stratégie ? Un bilan de la politique étrangère d’Obama »
    Auteurs : Maud QUESSARD et Maya KANDEL (dir.)

 

  • Étude n° 51 - 2017
    « Faire la paix et construire l'État : Les relations entre pouvoir central et périphéries sahéliennes au Niger et au Mali »
    Auteurs : Yvan GUICHAOUA et Mathieu PELLERIN

  • Étude No. 51 (EN) - 2018 United Kingdom Great Britain
    "Making Peace, Building the State. Relations between Central Government and the Sahelian Peripheries in Niger and Mali"
    Authors: Yvan GUICHAOUA and Mathieu PELLERIN

 

  •  Étude n° 50 - 2017
    « La Biélorussie après la crise ukrainienne. Une prudente neutralité entre la Russie et l'Union européenne? »
    Auteur : Ioulia SHUKAN

 

  •  Étude n° 49 - 2017
    « Les stratégies et les pratiques d'influence de la Russie »
    Auteur : Céline MARANGÉ

 

 

 

2016

  • Étude n° 46 - 2016
    « Les États-Unis au Moyen-Orient : Évolutions et perspectives stratégiques »
    sous la direction de Antoine COPPOLANI et Pierre RAZOUX

 

  • Étude n° 45 - 2016
    « La sociologie des organisations appliquée aux groupes armés non-étatiques »

    Auteur : Alix LE MOIGN
  • Étude No. 45 (En) - 2016 United Kingdom Great Britain
    « The Sociology of Organisations applied to Non-State Armed Groups »
    Author: Alix LE MOIGN

 

  • Étude n° 44 - 2016
    « L'émergence de puissances africaines de sécurité : Étude comparative »
    Auteurs : Yousra ABOURABI et Julien DURAND DE SANCTIS

 

 

  • Étude n° 42 - 2016
    « L’homme augmenté, réflexions sociologiques pour le militaire »
    sous la direction d'Agnès COLIN

 

2015

  • Étude n° 41 - 2015
    "Defending Europe? A Stocktaking Of French and German Visions for European Defense"
    Author: Barbara KUNZ

 

  • Étude n° 40 - 2015
    « Stratégies de mise en place des soft powers européen et russe en Moldavie après la Guerre froide »
    Auteur : Michael LAMBERT

 

  • Étude n° 39 - 2015
    « Parlements et légitimité démocratique de la Politique de sécurité et de défense commune » 
    Auteurs : Général (2S) Maurice de LANGLOIS et Sara CANTO
  • Étude No. 39 (En) - 2015United Kingdom Great Britain
    "Parliaments and Democratic Legitimacy of the Common Security and Defence Policy Major"
    Authors : General (2S) de Langlois M. and Sarah Canto

 

  • Étude n° 38 - 2015
    « Quelles stratégies face aux mutations de l’économie de défense mondiale ? »
    sous la direction d’Aude-Emmanuelle FLEURANT

 

  • Étude n° 37 - 2015
    « Les sanctions contre la Russie ont-elles un effet dissuasif ? »
    Auteur : Céline MARANGÉ

 

2014

 

 

 

 

  • Étude n° 32 - 2014
    « Les stratégies du smart power américain : Redéfinir le leadership dans un monde post-américain »
    sous la direction de Maya KANDEL et Maud QUESSARD-SALVAING
    Synthèse
    Abstract (En)

 

  • Étude n° 31 - 2014
    « L'action extérieure de l'Europe à l'épreuve de l'Egypte et de la Corne de l'Afrique »
    Auteur : Chantal LAVALLEE

 

  • Étude n° 30 - 2014
    « Accès aux espaces communs et grandes stratégies : vers un nouveau jeu mondial »
    Auteur : Frédéric RAMEL
  • Étude No. 30 (En) - 2014 United Kingdom Great Britain
    "Access to the global commons and grand strategies : a shift in global interplay"
    Author : Frédéric RAMEL

 

2013

  • Étude n° 29 - 2013
    « États-Unis : quelle transition stratégique ? La politique de défense sous Obama, entre dynamiques internes et évolutions internationales »
    Auteurs : Maya Kandel (dir) et Aude-Emmanuelle Fleurant
    Synthèse

 

 

 

 

  • Étude n° 25 - 2013
    « Les défis stratégiques africains : exploration des racines de la conflictualité en Afrique Centrale »
    Auteur : Amandine Gnanguênon (dir)
    Synthèse

 

  • Étude n° 24 - 2013
    « Les défis stratégiques africains : exploration des racines de la conflictualité en Afrique de l'Est »
    Dr Amandine Gnanguênon (dir)
    Synthèse

 

 

2012

  • Étude n° 22 - 2012
    « Évolution du contrôle parlementaire des forces armées en Europe »
    Auteurs : Bastien Irondelle, Olivier Rozenberg, Catherine Hoeffler, Jean Joana, Olivier Chopin, Christian Olsson

 

 

  • Étude n° 20 - 2012
    « Insurrections-contre-insurrections : éléments d’analyse sociologique à partir des terrains irakien et afghan »
    Auteurs : Gilles Dorronsoro (Paris I Panthéon-Sorbonne), Christian Olsson et Raphaël Pouyé (CEC)

 

  • Étude n° 19 - 2012
    « Le Paquet défense : quels impacts juridiques et industriels ? »
    Auteurs : Docteur Jean-Yves Clairy et Général Jean-Paul Perruche

 

  • Étude n° 18 - 2012
    « Etude comparative des livres blancs des 27 États membres de l'UE : pour la définition d'un cadre européen »
    Auteurs : Olivier De France et Nick Witney (European Council on Foreign Relations)
    Synthèse

 

  • Étude n° 16 - 2012
    « Relation homme-robot, prise en compte des nouveaux facteurs sociologiques »
    Auteurs : Frédéric Coste et Adeline Taravella
    Présentation

 

  • Étude n° 15 - 2012
    « Analyse comparée de la stratégie spatiale des pays émergents : Brésil, Inde, Chine »
    Auteurs : Florence Gaillard-Sborowsky, Emmanuel Puig, Isabelle Sourbès-Verger

 

  • Étude n° 14 - 2012
    « L'évolution du débat stratégique en Asie du Sud-est »
    Auteur : Pierre Journoud (dir.)

 

  • Étude n° 13 - 2012
    « Utilisation et investissement de la sphère internet par les militaires »
    Auteurs : Marc Hecker, Thomas Rid

 

 

  • Étude n° 11 - 2012
    « L'Europe post-Lisbonne, illusion ou défi ? »
    Auteur : Général Jean-Paul Perruche (dir.)

 

2011

  • Étude n° 10 - 2011
    « Enquête sur les jeunes et les armées : images, intérêt et attentes »
    Auteurs : Ronald Hatto, Anne Muxel, Odette Tomescu

 

  • Étude n° 9 - 2011
    « Etudier le renseignement, état de l’art et perspectives de recherche »
    Auteurs : Olivier Chopin (dir.), Amélie Massard, Bastien Irondelle

 

  • Étude n° 8 - 2011
    « Du pétrole à l'armée : les stratégies de construction de l'Etat aux Emirats Arabes Unis »
    Auteur : Victor Gervais

 

  • Étude n° 7 - 2011
    « Chaos, réveil et sursaut. Succès et limites de la stratégie du "surge" en Irak (2007-2009) »
    Auteur : Stéphane Taillat

 

  • Étude n° 6 - 2011
    « Du Network Centric à la stabilisation, émergence des nouveaux concepts et innovation militaire »
    Auteurs : P.Gros, N.Vilboux, A.Kovacs, F.Coste, M.Klein, A. Malissard

 

2010

  • Étude n° 5 - 2010
    « La perception de la défense française chez nos alliés »
    Auteurs : Ronald Hatto, Odette Tomescu

 

  • Étude n° 4 - 2010
    « OTAN : Continuité ou rupture ? »
    Auteur : Général Jean-Paul Perruche

 

  • Étude n° 3 - 2010
    « Israël et son armée : société et stratégie à l'heure des ruptures »
    Auteurs : le Général Bertrand Binnendijk, Samy Cohen, Alain Dieckhoff, Caroline Du Plessix, David Khalfa, Ilan Greilsammer, Camille Lorette, Marc Hecker, Thomas Rid, Nicolas Teneze

 

 

 

  • Étude n° 1 - 2010
    « Les crises en Afghanistan depuis le XIX°siècle »
    Auteurs : Mariam Abou-Zahab, Gilllles Boquérat, Lieutenant-colonel Marie-Dominique Charlier, John Gunther Dean, Gérard Fussman, Colonel Michel Goya, Zalmaï Haquani, Pierre Journoud, Hassan Kakar, Pierre Lafrance, Nicolalas Regaud