Étude de l'IRSEM n° 87 - 2021

"LES GROUPES DJIHADISTES AU SAHEL"

8
Oct

Cette étude analyse les dynamiques locales qui expliquent la résilience des groupes qualifiés de djihadistes et de terroristes au Sahel. Elle ouvre aussi des perspectives comparatistes avec l’Afrique de l’Est. L’étude montre que le « terrorisme djihadiste » dans cette région du monde relève d’abord de dynamiques insurrectionnelles locales. Il convient à cet égard de distinguer les sources d’inspiration des combattants, qui renvoient à des modèles révolutionnaires globaux, d’une part, et des connexions opérationnelles qui s’avèrent être pour le moins ténues avec le monde arabe, d’autre part. En effet, la circulation transnationale de normes islamiques sujettes à une interprétation guerrière témoigne d’abord de la plasticité d’une tradition prophétique qui peut servir à justifier l’obéissance autant que l’insoumission. Mais la référence à des modèles globaux ne démontre en rien l’existence de transferts d’armes, de combattants et de fonds en provenance du monde arabe. De plus, elle ne constitue pas la cause d’insurrections dont la genèse doit beaucoup à la mauvaise gouvernance et à la faiblesse des États au Sahel.

Télécharger l'Étude de l'IRSEM n°87

Chercheur(s) associés à cette actualité

Marc-Antoine Pérouse de Montclos

Directeur de recherche, Institut de recherche pour le développement, Paris

Marc-Antoine Pérouse de Montclos

Directeur de recherche, Institut de recherche pour le développement, Paris