L’IRSEM élargit son équipe en nommant plusieurs cher­cheurs associés, ayant signé une convention avec l’Ins­titut, qui contribueront à la vie collective de l’IRSEM, à l’organisation d’événements scientifiques et à la publica­tion de notes de recherche ou d’études.

Le statut de chercheur associé à l’IRSEM est accordé par décision du directeur sur avis du comité de direction de l’IRSEM, pour une période d’un an renouvelable, à des chercheurs affiliés à une université ou un organisme de recherche français ou international, et des militaires détenteurs d’un doctorat ou en cours de réalisation d’une thèse doctorale. Les candidatures comportent notamment un projet de recherche démontrant l’in­sertion du candidat dans les programmes scientifiques menés par l’IRSEM.

 

Chercheurs associés pour l'année 2018-2019

Commandant Emmanuel Boudas

Saint-cyrien de la promotion Vambremersh (2001-2004), le commandant Emmanuel Boudas a vécu une première partie de carrière dans le maintien en condition opérationnelle des matériels terrestres en Allemagne au sein de la Brigade franco-allemande (BFA) puis dans les unités françaises en métropole. Il a commandé une unité de maintenance multitechnique au 8e Régiment du matériel (RMAT) de Mourmelon de 2010 à 2012. Puis il a servi comme officier traitant maintenance opérations au centre opérationnel de la Structure intégrée du maintien en condition opérationnelle des matériels terrestres (SIMMT) jusqu’en 2016. Breveté de l’École de Guerre, il a servi comme assistant militaire du sous-chef opérations au sein du Joint Force Command de l’OTAN à Naples en 2016. Il est affecté à l’École d’État-major à compter de l’été 2018.

Docteur en histoire contemporaine à Paris 3 en 2009 avec mention très honorable dont le sujet portait sur les relations entre l’Italie et les Alliés pendant la Première Guerre mondiale, il travaille actuellement sur les stratégies d’influence et de l’information au sein des armées françaises depuis 1945.

 

Antoine COPPOLANI V2   Antoine COPPOLANI

Agrégé d’Histoire, ancien élève de l’ENS (Lettres et Sciences Humaines) et de l’université de Berkeley, Antoine Coppolani est professeur d’Histoire contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, où il dirige le Master Études européenne et internationales. Il a publié, en 2013, Richard Nixon, aux éditions Fayard et, en codirection, Les Amériques, Collections Bouquins, deux Tomes, 2016. Ses recherches actuelles portent sur la politique étrangère des États-Unis, notamment en Extrême-Orient et au Proche-Orient.

 

Julien FRAGNON  Julien FRAGNON

Julien Fragnon est chercheur en science politique, enseignant à Sciences Po Lyon et chercheur associé au laboratoire Triangle (UMR 5206, ENS Lyon, Université de Lyon). Également collaborateur d’élu, il enseigne sur la violence politique, les relations internationales, les conflits contemporains et la lutte contre le terrorisme à Sciences Po Lyon depuis plusieurs années.

Docteur en science politique, il a réalisé une thèse sur le discours antiterroriste en France après le 11 septembre 2001. Ses recherches actuelles portent sur la communication publique antiterroriste, les discours politiques antiterroristes et la prévention de la radicalisation (sujet pour lequel il a publié un article récemment dans la revue Quaderni).

Il a également travaillé sur la mémoire collective de la Première Guerre mondiale ainsi que sur les représentations médiatiques des attentats du 11 septembre (recherches publiées dans la revue Mots ou dans des chapitres d’ouvrages collectifs).

 

Lieutenant-colonel Eric GOMEZ

Officier des bases de l’air, le lieutenant-colonel Eric Gomez est chercheur en Histoire Contemporaine au sein de l’Institut de recherche Montesquieu de l’université de Bordeaux.

Spécialiste du domaine « connaissance et anticipation » et de la gestion publique, il est breveté de l’Ecole de Guerre (promotion 2015 - 2016 Verdun) et diplômé du master de Gestion Publique de l’Ena et de l’université Paris IX Dauphine.

Il rédige une thèse sur la conduite du changement dans la fonction connaissance-anticipation française au XXème siècle.

 

Lieutenant-colonel Richard GROS

Officier de l’air, le lieutenant-colonel Richard Gros a effectué une première partie de carrière opérationnelle de pilote de chasse qui l’a conduit à être déployé à l’étranger. Il suit sa formation de l’école de guerre en Alabama à l’Air University, université de l’US Air Force et s’engage dans un cursus doctorant auprès de la School of Advanced Air and Space Studies. Affecté depuis 2015 à l’état-major des armées comme spécialiste des questions anglo-saxonnes, en particulier de l’Amérique du Nord, il rejoint l’IRSEM en décembre 2017. Ses travaux de recherche portent sur la grande stratégie qu’il s’attache à définir et caractériser par une approche cartésienne.

 

Pierre Journoud  Pierre JOURNOUD

Docteur de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (2007), habilité à diriger des recherches à Paris 1 (2014), Pierre Journoud est, depuis 2015, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, rattaché au laboratoire CRISES et membre cofondateur du GIS « ESPRIT » (Études en Stratégie, Politiques et Relations InTernationales), dont il codirige la collection « Études internationales et stratégiques » aux Presses universitaires de la Méditerranée (PULM). Ses travaux portent sur les relations internationales en Asie-Pacifique pendant la Guerre froide, en particulier sur les conflits et processus de paix dans la péninsule indochinoise depuis 1945, et la politique étrangère et de défense de la Ve République en Asie-Pacifique. Membre cofondateur du Centre d’histoire de l’Asie contemporaine (CHAC) de Paris 1, il est aussi membre du Conseil scientifique de la recherche historique de la Défense (CSRHD), de l’Institut d’Histoire des Relations Internationales Contemporaines (IHRIC) et du jury du prix Jean-Baptiste Duroselle, et enfin, de la Commission d’histoire des relations internationales (CHIR), organisation internationale affiliée au Comité international des sciences historiques (CISH). Il fait partie des comités de rédaction des revues Relations internationales et Outre-Mers.

 

Christophe LAFAYE  Christophe LAFAYE

Christophe Lafaye est docteur en histoire de l’université d’Aix-Marseille, chercheur associé : au CHERPA, Centre de recherche de Sciences Po Aix (EA 4261), au GRHIS de l’université de Rouen (EA 3831) et à l’IRSEM. Officier de réserve de l’armée de Terre, sa thèse est publiée chez CNRS éditions. « L’armée française en Afghanistan (2001-2012). Le génie au combat », a obtenu le Prix d’Histoire militaire 2014 du ministère de la Défense, une lettre de félicitations dans le cadre du prix de l’Institut des Hautes Études de la Défense nationale (IHEDN) 2014, ainsi que le prix Raymond Poincaré 2016 de l’Union des Officiers de Réserve (UNOR). Ses recherches concernent « la collecte et la mise en récit de l’expérience combattante des XXe et XXIe siècles », dans une perspective transdisciplinaire (histoire, sociologie, anthropologie, archivistique).

 

Lieutenant-colonel Vincent LAZERGES

Saint-Cyrien, le lieutenant-colonel Vincent Lazerges a effectué son début de carrière au 27e Bataillon de chasseurs alpins. Chef de section et commandant d’une compagnie de combat, il a été engagé à l’étranger. Il a ensuite servi au cabinet du ministre de la Défense puis au cabinet du chef d’état-major de l’armée de Terre dans le cadre d’une mobilité extérieure au ministère de l’Action et des Comptes publics. En septembre 2017, il a rejoint l’École militaire pour suivre la scolarité du Cours Supérieur Interarmes (CSIA).

Doctorant au Centre d’Études Sociologiques et Politiques Raymond Aron (CESPRA) de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), ses travaux ont pour objet l’expérience combattante des soldats déployés en opérations extérieures entre 2008 et 2012. À partir du mois d’août 2018, il sera chercheur associé à l’IRSEM au sein du domaine « Pensée stratégique ».

 

Bastien NIVET  Bastien NIVET

Docteur en science politique, ses travaux portent principalement sur la construction européenne, l’Union européenne (UE) et ses politiques extérieures, les relations UE-Afrique subsaharienne et les concepts de puissance et d’influence dans les relations internationales.

Enseignant-chercheur à l’École de management Léonard de Vinci (EMLV, Paris La Défense), il enseigne aussi à l’Institut d’études politiques de Paris.

Bastien NIVET a auparavant été chercheur puis chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS, Paris) et visiting fellow à l’Institut d’études de sécurité de l’UE.

 

Capitaine Bertrand QUAGLIERINI

Le capitaine Bertrand Quaglierini s’est engagé dans l’armée de Terre en 2009 en tant qu’officier sous contrat dans le domaine d’emploi « Réglementation et activités juridiques » et a servi jusqu’en 2014 au sein du 2e Régiment étranger de génie (REG) où il a notamment pu conseiller le commandement sur les aspects juridiques du recours à la force. Il s’est également investi dans la concertation au sein des armées en tant que membre du Conseil de la fonction militaire Terre (CFMT). Depuis août 2014, il est affecté à l’état-major de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris au sein de la section du contentieux opérationnel qui, de manière résumée, analyse et conseille le commandement sur les aspects juridiques inhérents aux opérations de secours et de lutte contre l’incendie.

En décembre 2017, il soutient sa thèse de doctorat à l’université d’Avignon relative au régime juridique des militaires qu’il analyse sous trois aspects : tout d’abord, le militaire en tant que soldat ayant des sujétions spécifiques inhérentes à ses missions ; ensuite le militaire en tant que citoyen pouvant jouir des libertés et droits fondamentaux ; enfin le militaire en tant qu’agent public bénéficiant progressivement de droits et libertés professionnelles analogues à ceux des autres agents publics. Parallèlement à sa thèse et sa fonction d’officier juriste, il s’est particulièrement investi dans l’enseignement et la formation, notamment en ayant enseigné le droit administratif à l’université d’Avignon, en dispensant des formations juridiques sur la prévention du risque d’incendie à l’École nationale supérieure des officiers sapeurs-pompiers (ENSOSPP) ou d’autres catastrophes (risques bâtimentaires) à l’école d’application de sécurité civile. Il est également régulièrement intervenu lors des rencontres juridiques des Services d’Incendie et de Secours qui se déroulent annuellement.

À l’IRSEM il traite des aspects juridiques inhérents à l’Armée (droit opérationnel, statut des militaires…) au sein du domaine « Défense & Société ».

 

Mathias Thura   Mathias THURA

Sociologue, maître de conférences à l’université de Strasbourg et rattaché au laboratoire Sociétés, acteurs et gouvernements en Europe (UMR 7363), Mathias THURA s’intéresse au monde militaire depuis sa thèse de doctorat, financée par une allocation DGA-CNRS et soutenue en 2014 à l’École des hautes études en sciences sociales.

Ses travaux s’inscrivent à la croisée de différents domaines de la sociologie : professions, travail, corps, violence. À ce titre, il s’est particulièrement intéressé aux conditions de travail des soldats de l’armée de terre, aux dispositifs de transmission des techniques du combat dans l’infanterie, ainsi qu’aux carrières des militaires et aux relations homme/femme dans les armées professionnelles. Il s’intéresse aussi aux conditions de production des savoirs sociologiques sur et dans les armées, ainsi qu’à une histoire de la sociologie produite à propos des militaires. Associé à la relève stratégique de l’IRSEM durant sa thèse, il a été chercheur invité au sein du domaine « Défense & Société » de 2015 à 2017, dans le cadre de la réalisation de deux postdoctorats successivement encadrés au Centre européen de sociologie et de science politique (EHESS, Paris 1, CNRS) et à l’Institut national d’études démographiques. Dans le cadre de son association pour l’année 2018-2019, il conduit un projet de recherche sur les effets de l’opération Sentinelle sur les conditions d’exercice du métier de soldat.